Les produits que j’utilise sont disponibles sur Amazon :

Un  vernis définitif c’est quoi ?

Le terme « vernis » est très utilisé mais il faut bien distinguer :

    • Le  vernis à peindre qui est en fait un diluant ou médium et va s’utiliser pendant la réalisation de l’œuvre pour travailler la texture de la peinture.

Pour plus d’info sur le vernis à peindre, cliquez ici

  • Le vernis à retoucher qui est utilisé pour repeindre par dessus une couche de peinture déjà sèche. Ce vernis ne peut servir de protection durable dans le temps car sera absorbé par la peinture ou évaporé, il permet comme son nom l’indique de réactiver une zone sèche.
  • Le vernis définitif qui s’applique en fin de travail, une fois que la peinture est absolument sèche (au bout de plusieurs mois pour la peinture à l’huile), par dessus le vernis à retoucher si il y a eu retouche. C’est ce type de vernis qui sera évoqué dans ce billet.
    On peut appliquer ce vernis en aérosol ou au pinceau (souple pour éviter les traces).

Pourquoi appliquer un vernis définitif ?

Le vernis définitif est utilisé pour protéger l’œuvre finale.  Il évitera ainsi l’accumulation de poussière, de graisse,… et permettra au tableau d’être nettoyé sans risque d’abimer la peinture.
Il permet également d’unifier les brillances et les embus (zone matte dans un ensemble brillant).

Cependant pour la peinture à l’huile, il faut attendre que le tableau soit complètement sec, ce qui parfois peut prendre plusieurs mois, voir une bonne année. Si jamais ce dernier est appliqué trop tôt, il y a de fortes chances qu’ensuite, il soit impossible à retirer. En effet, le vernis peut réagir avec la couche de peinture pas complètement sèche, rendant impossible une restauration ultérieure.

De plus, une fois le vernis appliqué, cela nécessitera en réalité un entretien sur la longue durée. En effet après plusieurs années, on doit retirer le vernis pour en ré appliquer une couche et ainsi de suite. Ceci afin d’éviter que le vernis jaunisse, craquelle, que la peinture s’abîme suite à ces évolutions…

Cependant il faut prendre en compte qu’une fois la toile cédée, l’heureux propriétaire ne pensera pas forcément à la restaurer régulièrement, cela demandant du temps, un peu de matériel et quelques connaissances. Ainsi au final, le vernis va ternir, jaunir, voir craqueler  risquant davantage d’abimer votre œuvre que de la protéger.

Finalement que dois-je faire ?

Avant tout il faut savoir que le vernis n’est pas systématiquement obligatoire et qu’il est parfois préférable de ne pas vernir du tout ou légèrement plutôt que d’appliquer une couche épaisse de vernis si ce dernier n’est pas entretenu.

Beaucoup de peintres ne vernissent pas leur travail une fois terminé, c’est un choix propre à chacun, que vous devrez également faire suivant vos préférences.

Mon choix concernant le vernissage ?

Pour ma part, je préfère appliquer une fine couche de vernis en bombe une fois mon œuvre terminée et sèche, me permettant d’obtenir un film homogène, de ne pas trop charger en vernis, juste assez pour raviver les couleurs et donner un peu de brillance.
Par contre vu l’odeur, si vous choisissez cette méthode, je vous invite à l’appliquer en extérieur, et coucher la toile à plat sur le sol afin d’éviter des coulures (on ne sait jamais). La toile est posée au sol et je bombe à bonne distance.

Si vous choisissez un vernis à appliquer au pinceau, prenez bien soin de le prendre de qualité, sinon jaunissement assuré. De choisir un bon pinceau au poil souple et fin pour éviter les traces. Et pour son application, je vous invite à bien vous documenter sur le sujet, n’étant pas une grande adepte, je préfère ne pas m’avancer sur le sujet, ne disposant pas du recul ni des connaissances nécessaires de cette technique.

Et n’oubliez pas que mon point de vue est donné à titre indicatif, je n’ai pas la prétention de vous donner la méthode ultime pour le vernissage, je partage simplement celle que j’ai choisie, n’ayant pour le moment pas constaté de mauvaises surprises. Ceci dit, mes toiles ne sont pas encore assez vieilles pour savoir si oui ou non c’était la bonne méthode, c’est le temps qui me donnera raison ou non 😉